archives  colloques  

Journée d'étude / Material Studies and Politics

dernière mise à jour : 06/07/2020

Journée d’étude

En partenariat avec l’université de Lorraine et l’Institut catholique de Paris

Material Studies and Politics

21 septembre 2020

Galerie Colbert, salle Vasari

 

Responsable scientifique : Sarah Gould, HiCSA

 

Cette journée intègre un projet plus large en collaboration avec l’université de Lorraine et l’Institut catholique de Paris sur le thème des humanités et de l’anthropodécentrisme (Anthropodecentrism: humanities after humans?). Nous partons du constat qu’un des plus grands reproches qu’on ait pu faire aux Material Studies se trouve dans le décentrement de l’humain qu’elles opèrent, en détruisant la question du politique. En ces temps de développement technologique accéléré et de conscience écologique accrue, nous sommes constamment appelés à réévaluer la préséance de l’homme et de son impact sur notre compréhension du monde. Les notions de transhumanisme et de posthumanisme faisant maintenant partie du vocabulaire commun et de la conscience collective, la pensée non anthropocentrique connaît un nouveau tournant d’un intérêt tout particulier pour les humanités. Avec le concept d’anthropocène, qui reconnaît l’influence majeure de l’humain sur son environnement et à la fois l’identifie comme la source principale de risque pour sa propre espèce, quel peut être le rôle des sciences humaines ? La journée d’étude se penche sur un aspect de cette question par le biais de l’histoire de l’art et plus particulièrement d’une de ses méthodologies, les études matérielles (Material Studies). Dans la veine de ce qui, dans les années 1990, a été appelé le « tournant matériel » (material turn), les chercheurs en histoire de l’art se sont de plus en plus intéressés à la fabrique des oeuvres comme lieu de théorisation. Portant, entre autres, sur l’oeuvre comme objet et sur son agentivité, ou sur la matière comme lieu de théorisation, ces études, de fait, s’inscrivent dans un processus de décentrement de l’humain. Nous examinons une récente tendance, le « matérialisme féministe », ou ce que l’historienne de l’art Jennifer Roberts appelle son « horizon écologique », qui tente de réinjecter du politique dans les Material Studies.
 

Site web de l’évènement (en construction) : https://humanitiesafterhumans.wordpress.com/

bsept. 2020a
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30