École doctorale  Présentation  

Présentation de l'ED 441 Histoire de l'art

dernière mise à jour : 10/09/2012

Ecole doctorale 441 Histoire de l'art

Orientations scientifiques. Interdisciplinarité

L'École doctorale d'histoire de l'art fonctionne systématiquement dans une logique de réseaux. Elle est associée à la totalité des institutions parisiennes qui interviennent dans son champ disciplinaire et elle pratique la même politique vers l'étranger.
L'interdisciplinarité est donc une règle. Les sciences humaines participent toutes à cette démarche : histoire (politique, sociale, économique), philosophie et esthétique, histoire des religions, sociologie de l'art, anthropologie et ethnographie. Il en va de même en direction des disciplines juridiques (droit des musées, droit patrimonial) auxquelles l'UFR 03 est depuis longtemps associée sous forme de diplômes communs (licence Droit/Histoire de l'art et archéologie, masters associés). On se reportera à l'inventaire des intervenants dans les séminaires et journées d'études doctorales pour plus d'informations sur ce point.

Parmi les partenaires principaux se trouvent l'EHESS, l'ENS (Département d'histoire et Passerelle des Arts), l'UMR Esthétique et Sciences de l'art, le Centre d'Études sur la Renaissance (CESR de Tours), plusieurs écoles d'architecture. à l'étranger : l'École française de Rome, l'Académie de France à Rome, l'Institut Allemand d'Histoire de l'Art, des universités européennes (Berlin, Rome, Madrid, Lausanne, Genève, Louvain, Cork, Londres etc.) ou américaines (NYU, John Hopkins, Université du Québec, etc.).

Description des activités de l'ED

Équipe de direction et composition du Conseil de l'ED

L'École Doctorale est à l'heure actuelle dirigée par le professeur Dominique Poulot.
Le Conseil de l'ED comprend la totalité des professeurs, des représentants des maîtres de conférences HDR et chercheurs disposant d'une autorisation de direction accordée sur proposition de l'ED par le Conseil Scientifique de l'Université.

Trois étudiantes représentent les doctorants :

Mme Marie-Laure Gabriel-Loizeau (CIRHAC), Mme Elynor Myara (CHAR), Mlle Marguerite Vappereau (CERHEC). Suppléant : Gaylord Brouhot (CHAR).

Le Conseil détermine collégialement la politique générale, le budget, examine les demandes d'accréditation et fonctionne en jury à l'occasion des concours de recrutement d'allocataires. Il se réunit au minimum une fois par trimestre.

Politique de financement des thèses

L'ED procède chaque année à la demande d'allocations et à leur attribution. Le mode de sélection est le suivant : l'ensemble des membres du conseil scientifique se réunit en jury. Il entend et interroge les candidats à une allocation et, après débat, procède à un classement. Ce concours est ouvert aux étudiants issus des masters 2 de recherche des différentes composantes de l'université et d'autres universités, selon l'accord d'un membre de l'ED qui s'engage à assurer la direction scientifique de la thèse si une allocation lui est accordée. Ce concours est donc précédé par des entretiens préparatoires entre enseignants et futurs doctorants.

Les allocations sont de plusieurs types : de type normal, selon la dotation - notoirement faible - attribuée par le ministère ; allocations dites « du Président » décernées après un jury formé à l'échelle de l'université ; allocations INHA, décernées après un jury formé par des représentants des différentes institutions fédérées dans le cadre de l'INHA.

Au cours de l'année 2005 / 2006, 4 allocations ont été attribuées. Le contingent était de 5 précédemment. Il est donc nécessaire d'obtenir des bourses auprès des différents organismes français et étrangers susceptibles d'en attribuer (Académies, École Française de Rome, Académie de France à Rome, Casa Vélasquez, Centre allemand d'histoire de l'art) ; mais aussi de contributeurs privés de différents types et de subventions ponctuelles (aide à voyages et séjours de recherche). Il est tout autant important de travailler en relation avec les Écoles normales supérieures (postes d'Assistants Moniteurs Normaliens) et d'autres institutions parisiennes ( Bibliothèque Nationale de France, Musée National d'Art Moderne, Musée d'Orsay, Louvre, etc.) et en région afin de faciliter la multiplication des CDD et stages rémunérés des étudiants qui trouvent dans de tels emplois tout à la fois un moyen de financement de leur thèse et l'occasion de nombreux contacts professionnels et intellectuels.

L'ED a par ailleurs décidé de consacrer une part importante de ses crédits (entre 1/3 et 1/2) à de telles aides. Elles sont attribuées sur demande du doctorant et de son directeur pour une opération précise et clairement définie. Les demandes doivent être impérativement déposées au bureau de l'ED au plus tard le 20 décembre pour l'année suivante. L'accord du directeur de l'ED est obligatoire à l'engagement de la dépense. Cette politique a permis, depuis plusieurs années, de favoriser tout à la fois une plus grande mobilité des doctorants - y compris de ceux qui ne bénéficient pas d'allocations - et de leur permettre de participer à des colloques internationaux;

Insertion professionnelle des docteurs

Il convient de distinguer entre deux types : l'insertion dans le champ de l'enseignement et de la recherche, l'insertion dans d'autres activités.

Pour la première, elle est une préoccupation d'autant plus constante que la situation d'ED - l'une des deux seules dans son domaine en France - fait d'elle un « réservoir » abondant pour les différentes filières de la recherche et de l'enseignement. Les instruments employés sont nombreux : allocations de recherche ; politique favorisant le recrutement des doctorants à titre d'ATER dans des universités extérieures à Paris ; politique identique pour le recrutement des maîtres de conférence et des chargés de recherche au sein du CNRS ; préparation aux concours des métiers de la culture (Institut national du patrimoine, concours de recrutements nationaux et territoriaux du ministère de la Culture) et à ceux du tourisme (enseignements spécialisés, master dans ce domaine). Les doctorants sont systématiquement invités à participer à des séminaires interdisciplinaires, à des journées d'études doctorales par secteur ou sous-secteur scientifique, à des colloques nationaux et internationaux - dont ceux dont l'équipe d'accueil "Histoire culturelle et sociale de l'art" a l'initiative. La création de l'INHA est, au moins matériellement, de nature à favoriser ces pratiques, dans la mesure où elle résout les questions d'organisation et d'accueil de ces manifestations. Dans ce domaine - tout en sachant qu'aucun résultat ne peut être totalement satisfaisant - on peut affirmer que les historiens d'art issus de notre ED bénéficient d'une réputation qui leur permet de candidater avec succès dans les universités, au CNRS ou dans le monde des musées. En direction de ce dernier, traditionnellement réticent à l'égard de l'université, un effort particulier a été consenti en direction du Musée national d'art moderne, de la Galerie nationale du Jeu de Paume et du Musée d'Orsay avec des résultats satisfaisants : engagement de doctorants comme assistants pour des commissariats d'exposition, participation à des catalogues et colloques, commissariats d'exposition « en solo » - dans le domaine de l'art contemporain et de la photographie particulièrement -, intégration à des équipes de conservateurs. L'effort en faveur de la publication de thèses en tout ou en partie relève de la même volonté.

En direction du secteur privé, l'effort est diversifié : il concerne l'accession à des métiers du marché de l'art et du tourisme. Citons parmi les insertions réussies : de nombreux engagements dans le monde des galeries (art moderne et contemporain, africain et océanien, photo) ; dans celui de l'audiovisuel ; des embauches auprès de commissaires priseurs ; des débouchés de guides conférenciers, emplois intermittents ou durables. Il est plus difficile d'obtenir des informations en matière de doctorants étrangers, mais il est cependant fréquent qu'ils réapparaissent dans des institutions culturelles de leurs pays d'origine (conservateurs, commissaires, critiques, enseignants surtout). Des occasions de partenariat avec le milieu des professionnels du marché sont ainsi valorisées.

L'observation et le suivi de ces insertions professionnelles sont une des activités constantes des directeurs de recherche, qui mettent à profit les réseaux constitués à partir et autour de l'ED. Les réunions du conseil scientifique sont l'occasion, par ailleurs, de contacts afin de conjuguer les efforts des enseignants en ce sens.

Encadrement

Histoire de l'art au Moyen âge
Mme Christiane Prigent, Professeur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / MAM)
Mme Florence Journot,  Maître de Conférence HdR à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Lamop)
Mme Quitterie Cazes, Maître de Conférence HdR à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Lamop)

Histoire de l'art byzantin
Mme Catherine Jolivet-Lévy, Directeur de recherche à l'EPHE

Histoire de l'art des Temps Modernes (XVIe siècle - début XIXe siècle)
M. Daniel Rabreau, Professeur à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / Centre Ledoux)
M. Philippe Morel, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CHAR)
M. Dominique Poulot, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / API)
Mme Colette Nativel, Maître de conférences HdR à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CHAR)

Histoire de l'art contemporain (XIXe siècle - XXe siècle)
M. Éric Darragon, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CIRHAC)
Mme Françoise Levaillant, Directrice de Recherche au C.N.R.S. (Centre Chastel)
M. Claude Massu, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / AVD)
M. Philippe Dagen, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CIRHAC)
M. Michel Poivert, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CIRHAC)
M. Emmanuel Pernoud, Professeur à Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CIRHAC)
M. Bertrand Tillier, Professeur à l'Université de Bourgogne (Centre Georges Chevrier, membre associé à l'HiCSA)

Histoire des arts d'Afrique
M. Jean Polet, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / Arts de l'Afrique)

Histoire de l'art islamique
M. Alastair Northedge, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / MAM)
Mme Mercedes Volait, Directeur de recherche CNRS (InVisu - CNRS/INHA).

Histoire et esthétique du cinéma
Mme Sylvie Lindeperg, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CERHEC)
M. François Garçon, Maître de Conférence HdR à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CERHEC)

Architecture
M. Claude Massu, Professeur Université Paris I (HiCSA / AVD)
M. Daniel Rabreau, Professeur Université Paris I (HiCSA / Centre Ledoux)
M. Dominique Rouillard, Professeur E.S.N.A. Paris-Malaquais, habilité
M. Frédéric Seitz, Professeur Université de Technologie de Compiègne
M. Antoine PICON, Professeur Graduate School of Design Harvard University
M. Stéphane Laurent, Maître de Conférence HdR Université Paris I (HiCSA / AVD)

Conservation/restauration des biens culturels
M. Thierry Lalot, Professeur à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA / CRPBC)

Enseignants en poste dans des établissements associés par convention à Paris 1
M. Joseph Abram, E.S.N.A. Nancy
M. Jean-Claude Vigato, E. S.N.A. Nancy
M. Richard Klein, E.S.N.A. Lille
M. Jean Castex, E.S.N.A. Versailles

Séminaires de l'école Doctorale

Si l'assistance des doctorants aux séminaires M 2 / D ne fait pas l'objet d'une validation administrative, elle n'en a pas moins un caractère fortement conseillé. La participation et l'assistance aux journées d'études organisées soit par un enseignant, soit par un centre de recherche sont considérées quant à elles comme obligatoires, à l'exception des cas - assez nombreux - d'étudiants étrangers et de doctorants français travaillant à l'étranger en raison du sujet de leur thèse. Le choix des intervenants répond aux thèmes choisis. Il est entendu par un accord commun que les interventions des doctorants constituent, au minimum, la moitié des communications dans chacune de ses rencontres.

Voir Séminaire doctoral commun.

Politique de communication

Les informations concernant l'ED sont accessibles sur le site de l'UFR 03 et sur le site Recherche de l'université Paris 1. Les enseignants-chercheurs sont joignables à leurs adresses email universitaires.

Contact : Mme Zinaïda Polimenova, responsable administrative de l'ED.

courriel : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Adresse bureau de l'ED 441 Histoire de l'art : 2, rue Vivienne, 75002 Paris.

bsept. 2017a
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30