archives  colloques  

Journée d'étude / Visual Salonica Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique (1ère partie : 1912-1945)

dernière mise à jour : 17/05/2019

Journée d'étude /
Laboratoires de recherche HiCSA, paris 1 et ESTCA, Paris 8
avec le soutien scientifique de l’École française d’Athènes

Visual Salonica
Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique (1ère partie : 1912-1945)

16 mai 2019
Galerie Colbert, Salle Vasari


Comité d’organisation : Mélisande Leventopoulos (maîtresse de conférences, Paris 8, ESTCA) et Nefeli Liontou (doctorante, Paris 1, HiCSA). Avec la précieuse collaboration d’Eirini Androulaki (chercheuse indépendante).

 

Présentation

Selanik, Salonique, Thessalonique est, au tournant des XIXe et XXe siècles, un lieu de vie et de côtoiement de Grecs orthodoxes, Turcs musulmans, Dönme, Serbes, Bulgares, Arméniens grégoriens, Albanais, Tsiganes et, surtout de Juifs sépharades particulièrement nombreux – une mosaïque de communautés dont témoignent, en langue française, les travaux de Meropi Anastassiadou. Or la ville semble entretenir un rapport fusionnel aux images reproductibles fixes et animées. Cette relation que nous postulons intime et particulièrement marquante, nous paraît prégnante durant une longue période de bouleversements politiques, culturels et sociaux couvrant a minima la fin de l’Empire ottoman, l’avènement de l’État grec moderne jusqu’à l’annexion nazie même si l’après-Seconde guerre mondiale (de la guerre civile à la metapoliteusis) mériterait d’être envisagée. Elle doit être rattachée d’office à l’allure cosmopolite de la ville, au devenir de son peuplement multiethnique et à son hellénisation progressive après 1912 puis 1917, mais également aux circulations balkaniques dont Thessalonique constitue encore un pivot au XXe siècle. Ce sont ces points de cristallisation entre une histoire urbaine houleuse et des trajectoires iconiques plurielles que nous souhaitons entreprendre d’interroger dans une approche intermédiale et transpériodique en envisageant différents supports de production, diffusion, réception. Quelles identités visuelles véhicule cette ville transnationale en mutation radicale ? En mobilisant les outils épistémologiques des visual studies, ce champ peu arpenté dans les historiographies grecque, anglosaxonne comme francophone sera à l’ordre du jour lors d’une première journée prospective qui se veut le ballon d’essai d’un projet d’envergure internationale.

 

Programme

9h15 / Une histoire visuelle de Thessalonique est-elle possible ?
Introduction par les organisatrices de la journée

1ère session
Entre balkanisme, cosmopolitisme et relations internationales, la Salonique des années 1910 vue d’Occident

Discutante : Marie-Élisabeth Mitsou (CRH- EHESS)

Permanences et mutations. Visualiser « le cœur de la péninsule des Balkans » par temps de guerre

9h40 / Mélisande Leventopoulos (ESTCA, Paris 8)
Présentation du corpus filmique et photographique des Archives de la Planète sur Thessalonique (1913-1918)
9h50 / Anne Sigaud (chargée de recherche au musée départemental Albert-Kahn)
Salonique dans la géographie humaine de Jean Brunhes et les Archives de la Planète d’Albert Kahn, un élément de réflexion sur la question des nationalités (1909-1921)
10h15 / Maria Zoubouli (Département de musicologie-Université d’Ioannina)
Les monuments de Thessalonique au début du XXe siècle, survie et survivances

10h40 / Discussion

11h15 / Projection de L’épiphanie orthodoxe à Salonique (Service cinématographique de l’Armée, 1918)

Voir avec l’Armée d’Orient : la Première guerre mondiale et sa mémoire

11h20 / Maria Xypolopoulou (CRHXIX-Paris 1/ÉFA)
Photographier Thessalonique pendant la Première guerre mondiale : points de vue officiels et amateurs du Front d’Orient
11h45 / Francine Saint-Ramond (chercheuse indépendante)
Salonique, ville orientale ? Impressions de combattants français de l'Armée d'Orient (1915-1918)
12h10 / Dimitri Vezyroglou (HiCSA-Paris 1)
"L'Orient manque". L'effacement de l'orientalité et l'imaginaire salonicien dans Mademoiselle Docteur / Salonique nid d'espions (Georg Wilhel Pabst, 1936)

12h30 / Discussion

2e session
Des prismes communautaires : la déconstruction iconique d’une ville multiculturelle dans l’espace grec

Discutante : Nadège Ragaru (CERI-Science Po)

14h15 / Projection des Fêtes de Pâques à Salonique (Service cinématographique de l’Armée, 1918)

Regards sur la communauté juive

14h30 / Eirini Androulaki (chercheuse indépendante)
L'incendie de Salonique comme tournant visuel : prospection dans les archives
14h55 / Nefeli Liontou (HiCSA, Paris 1)
1941 : l’intrusion photographique nazie dans les faubourgs populaires juifs de Thessalonique

15h25 / Discussion

Les photographies de famille à Salonique

16h00 / Gilles de Rapper (Idemec-CNRS)
Propositions méthodologiques pour une approche ethnographique de la photographie dans les Balkans
16h25 / Henriette Asseo (CRH-EHESS/Idemec)
Y a-t-il une image dans la photo ? Disparition d'une famille salonicienne et "restes" photographiques
16h50 / Miltiadis Zermpoulis (Département d’études balkaniques, slaves et orientales-Université de Macédoine)
“Nikokirei”: visualising the material aspects of a better life in post-war Thessaloniki

17h15 / Discussion


• Contacts :
 

melisande.leventopoulos@gmail.com

nefo_li@hotmail.com
 

bnov. 2019a
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30