axes de recherche  Axe 1 : La fabrique de l’œuvre  

Axe 1 : La fabrique de l’œuvre

dernière mise à jour : 25/09/2018

Axe 1 : La fabrique de l’œuvre


 Responsable : Michel Poivert, professeur des universités

 

On entend ici fabrique à la fois dans son sens littéral, matériel, mais aussi comme un moyen d’étudier l’artiste à l’œuvre, et de penser les liens entre conditions techniques d’une production artistique et lecture poétique de celle-ci. L’une des caractéristiques fortes de l’HiCSA est de réunir des historiens des images et des arts visuels, des historiens de l’architecture et du patrimoine, et des spécialistes des questions de conservation et restauration. Ce qui les lie, précisément, est ce primat accordé à « l’œuvre », à ceux qui la produisent, aux processus qu’ils mettent en jeu, et aux effets induits par cette « fabrique ».

On trouvera donc dans cet axe des programmes portant sur des considérations techniques, voire technologiques :
-  Connaissance des objets : porté par l’équipe CRPBC (conservation, préservation et restauration des bien culturels). Il s’agit de prendre en compte, selon une approche technologique, les outils, gestes, matériaux et procédés de fabrication des œuvres.
- La technologie des papiers asiatiques : Claude Laroque, en partenariat avec Anna-Grethe Rischel du musée national du Danemark et Agnieszka Helman-Wazny de l'université de Hambourg, Michela Bussotti de l'EFEO et Jean-Piere Drège de l'EHESS.
- La fabrique de l’architecture publique (1960-1990) : porté par Eléonore Marantz.

On trouvera également des études de cas plus monographiques, portant sur les processus de créations et la génétique de l’œuvre :
-    Giovanni di Paolo : rédaction et publication d’une monographie sur le peintre siennois du Quattrocento, par Anne-Laure Imbert.
-    Organisation, en collaboration avec l’INA et la BNF, d’une rétrospective sur l’œuvre de la réalisatrice Michelle Porte, accompagnée d’un travail sur les archives de la cinéaste et d’un recueil d’entretiens, projet porté par Sylvie Lindeperg.

Des travaux sur des « figures » de créateur, avec un accent particulier mis sur les questions de redéfinition des catégories génériques :
-    La figure du peintre-photographe, projet porté par Michel Poivert.
-    Marges de manœuvre : projet porté par Emmanuel Pernoud, sur la place de l’hétéronomie chez les peintres issus de l’illustration, aux temps des avant-gardes.

Des études de poétique des œuvres, enfin :
-    Le langage décoratif à la Renaissance : analyse des systèmes décoratifs  (décors pariétaux, stucs, miniatures) . Projet d’un ouvrage collectif réunissant plusieurs historiens de l’art moderne, dont Philippe Morel.

-    Le fond dans la représentation : projet d’Etienne Jollet, de reprise de l’étude d’une des composantes fondamentales de toute représentation, le fond sur lequel se détachent le motif et plus particulièrement la figure.

bnov. 2018a
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30