Equipes  Histoire de l'art médiéval et moderne  CHAR (Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance)  Présentation  

Appel à communications / Colloque / Rire en images à la Renaissance

dernière mise à jour : 03/03/2011

Colloque international

Rire en images à la Renaissance / Laughter in Renaissance paintings

Paris, 8-10 mars 2012

 

Appel à communications
 

Collaboration du Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance (C.H.A.R.) et du Deutsches Forum für Kunstgeschichte/ Centre Allemand d'Histoire de l'Art

Organisation : Diane Bodart et Francesca Alberti, avec la collaboration d'Andreas Beyer

 

Le rire à la Renaissance, objet d’études particulièrement approfondies dans les domaines de la littérature et de l’histoire culturelle, n'a reçu de l'histoire de l'art que des analyses ponctuelles. Cette lacune s’explique notamment par l’absence à cette époque de ce procédé très abouti de dérision par l'image que sera la caricature à partir des Carraches, ainsi que par la formulation encore à venir d'une hiérarchie des genres qui justifiera au XVIIe siècle la représentation de sujets non "nobles" en les reléguant à une catégorie artistique inférieure.

Or, le phénomène du rire échappe à toute sorte de classement uniforme, ainsi que le remarque Daniel Ménager dans La Renaissance et le rire, et l'on riait en image à la Renaissance sous les formes les plus diverses. Le lexique comique des images, par ses renversements, détournements et inventions parodiques, n’est sans évoquer des parallèles avec le théâtre comique et la littérature burlesque, la culture carnascialesca et les tromperies de la beffa, tout en développant des structures propres à la syntaxe figurative. Il serait dès lors intéressant d’interroger les multiples procédés mis en place par le langage figuratif pour faire rire, qu’il s’agisse d’un rire “vulgaire” ou d’un rire “savant”, ou des contaminations allant de l'un à l'autre.

En faisant dialoguer les arts visuels et la littérature, dans une perspective ouverte sur de nouvelles approches, le colloque se propose ainsi d'analyser les différentes expressions du rire dans les arts visuels, ainsi que les modalités de réception et de fruition de ces œuvres censées susciter le rire, cela dans l'Europe des XVe et XVIe siècles, avant que le rire ne trouve une place codifiée dans la théorie et la pratique des arts.

 

Laughter during the Renaissance period has been the subject of many in-depth studies in literature and cultural history, whereas in art history only some specific aspects have received consideration. This situation is due notably to the absence, during this period, of one of the must common forms of mockery: caricature, which only appeared at the end of the 16th century in the work of the Carracci. Another reason may be the fact that genres were not yet defined and classified in the hierarchy which subsequently, during the 17th century, justified the representations of less ‘noble’ subjects but relegated them to a lesser artistic category.

Laughter escapes all sorts of uniform classification, as Daniel Ménager remarks in his book La Renaissance et le rire, and during the Renaissance one used to laugh with pictures in many different ways. The comical language of images, with its witticisms, inversions, and parodic inventions, is comparable to the language of comic theatre, burlesque literature, carnival culture and farces, but it also has its own distinctive structures and a specific vocabulary for pictorial syntax. Therefore it will be interesting to examine the many ways in which figurative language produces laughter, whether it be ‘vulgar laughter’ or ‘erudite laughter’ or contaminations of the two. 

The symposium intends to analyse the different expressions of laughter in the visual arts as well as the response to images that were expected to produce laughter and their use in 15th and 16th century Europe. It is particularly open to new outlooks and to approaches that will encourage a debate between the visual arts and literature.

 

Présentation longue.

 

Date de remise des propositions : 1er mars 2011 / Submissions dead-line : 1st march 2011
texte de 2.000 signes maximum ; curriculum vitae d'une page maximum
text : at most 2.000 characters ; curriculum vitae : at most 1 page

Contacts :
diane.bodart@univ-poitiers.fr
francialberti@gmail.com
baoût 2014a
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31