actualités  

Appel à communications / Habiter une histoire hybride. Maisons des origines en Méditerranée à la période contemporaine

dernière mise à jour : 24/03/2021

Journées d'études internationales / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA

Habiter une histoire hybride.
Maisons des origines en Méditerranée à la période contemporaine

Inhabiting a Hybrid History
Houses of the Origins in Mediterranean, during the Modern era

12 et 13 octobre 2021

Galerie Colbert, salle Vasari

Organisées par Jean-Philippe Garric et Eléonore Marantz, avec Camille Lesouef


Date limite d'envoi des propositions : le 17 mai 2021


En 1933, l’artiste Raoul Hausmann (1886-1971) fuyant l’Allemagne nazie se réfugie quelques années à Ibiza, avant que l’Espagne ne bascule dans la guerre civile puis la dictature.
L’architecture de l’île – José Luis Sert (1902-1983) écrit deux ans plus tôt à son propos : « En Ibiza no existen los estilos históricos » – se donne en référence du moderniste contemporain. Mais l’ancien Dada devenu apatride, s’il photographie les volumes nus des maisons, y voit surtout un idéal hybride et le fruit d’un brassage : « Carthage, écrit-il, avait dominé l’île et y avait des pêcheries et une vaste industrie du verre. Ensuite Rome, les barbares, les Italiens du Nord, et en dernier lieu, les arabes qui, entre autres, introduisirent les grandioses cultures en terrasses ». Au même moment le Viennois Bernard Rudofsky (1905-1988), qui venait de soutenir un doctorat sur les voûtes en béton primitives du sud des Cyclades, se fixait en Italie, où il dédiait plusieurs articles aux maisons de pêcheurs de Procida, poussant ainsi un peu plus avant un intérêt pour les alterarchitectures, qui aboutit trente ans plus tard à l’exposition à succès du MoMA « Architectur without Architects » (1964-1965).

Dans leurs agendas respectifs des îles méditerranéennes et dans leurs quêtes séparées, mais concomitantes, d’un anti-Parthénon, les deux exilés de la Mitteleuropa partagent une esthétique qui prend naissance au seuil de la période contemporaine. La demeure modeste, élémentaire, mais enracinée dans une nature amène baignée de soleil, l’histoire et les mythes de la Mer antique, s’imposent en effet dès la fin du XVIIIe siècle comme une alternative à la culture classique, poussant jusqu’à Capri le voyage d’Italie d’un Karl Friedrich Schinkel (1781-1841). Cet intérêt se développe et se renouvelle en France durant le long XIXe siècle, en marge de la culture Beaux-Arts, depuis l’invention par les architectes français autour de 1800 des petites maisons d’Italie, jusqu’aux inspirations pompéiennes de Tony Garnier (1869-1948), en passant par les travaux graphiques de Théodore Labrouste (1799-1885), ou la démonstration d’Emmanuel Pontremoli (1865-1956) à la villa Kérylos.

L’archaïque méditerranéen traverse les premières décennies du XXe siècle, comme l’une des références majeures des architectes du Mouvement moderne depuis Adolf Loos (1870-1933) jusqu’à Eileen Gray (1878-1976) en passant par Walter Gropius (1883-1969), Mies van der Rohe (1886-1969), Adalberto Libera (1903-1963) ou Le Corbusier (1887-1965), dont le Cabanon propose bien une hypothèse alternative pour habiter son paysage maritime. Le développement de l’architecture balnéaire et de villégiature, du XIXe à la fin du XXe siècles, permet une appropriation de nouveaux territoires et l’expression de différentes interprétations du mythe de la maison méditerranéenne. Cet attrait pour une Méditerranée primitive englobe le paysage et participe de l’invention du jardin contemporain.

Ces démarches sont aussi à lire au prisme de la géopolitique. Ainsi, si l’on s’en tient à l’Entredeux-Guerres, alors que dans l’Italie fasciste les architectes du régime revendiquent l’italianité des architectures populaires, l’Espagne franquiste s’approprie l’idéal de ces « maisons du pauvre », pour des programmes sociaux destinés aux pêcheurs des provinces de Valence et d’Andalousie. Dès l’après-guerre, José Antonio Coderch (1913-1984) réinvente la maison méditerranéenne, fusionnant nature et architecture, pour les loisirs des élites libérales barcelonaises. Il y est encouragé par plusieurs architectes et théoriciens italiens des années 1930, restés fidèles à leursconvictions, comme Alberto Sartoris (1901-1998) ou Luigi Moretti (1906-1973), qui voyait dans la maison ibizenca l’expression d’une identité catalane : « la terreur et la véhémence libératrice de Gaudí, vivent du même sang, de la même densité humaine qui a élevé les murs des maisons d’Ibiza, fermées au soleil et aux hommes, pleines d’ombre, sources d’ombre et d’un règne impénétrable ». De ces projections croisées d’une rive à l’autre de la Méditerranée, les interventions françaises en Afrique-du-nord offrent une autre dimension, alliant modernité et tradition, dont témoignent par exemple les travaux de Jacques Marmey (1906-1988), Jean Le
Couteur (1916-2020), Fernand Pouillon (1912-1986) ou André Ravéreau (1919-2017). De même, plus récemment, de Georges Candilis (1913-1995) à Aldo Rossi (1931-1997), de l’AUA (Atelier d’architecture et d’urbanisme, 1960-1986) à Alvaro Siza (né en 1933), de Vittorio Gregotti (1927-2020) à Rafael Moneo (né en 1937), le mythe d’une maison méditerranéenne primitive n’a cessé d’être interrogé.

Étendant l’enquête sur toute la période contemporaine depuis 1780, embrassant tout le pourtour méditerranéen (de l’Europe de l’ouest à la Grèce et du Proche-Orient à l’Afrique-du-Nord) mais aussi les expressions ex-nihilo de ce méditerranéisme, ces journées d’études se proposent de mettre en évidence et de discuter les enjeux architecturaux, culturels, idéologiques et politiques du mythe contemporain de la maison primitive en Méditerranée, où l’idéal universaliste d’habiter l’Éden d’une nature éternelle n’a cessé de se heurter aux drames de l’histoire.

Les contributions attendues porteront notamment

- sur les enquêtes et études conduites à des fins architecturales et/ou urbaines sur les
architectures domestiques anciennes et primitives méditerranéennes ;
- sur l’intégration, l’assimilation et l’interprétation de ces références dans la création architecturale
depuis 1780 ;
- sur la mobilisation des études historiques et ethnologiques pour l’élaboration de théories
contemporaines de l’architecture ;
- sur les représentations de la maison méditerranéenne archétypale et les constructions
conceptuelles qui en découlent ;
- sur l’inscription « méditerranéenne » (lumière, chaleur, eau) des architectures domestiques dans
la nature et le paysage et l’invention du jardin méditerranéen ;
- sur les échecs et les ruines de cet idéal

Les propositions de communication comprendront

- un résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, les sources qu’elle mobilise et les points forts de son argumentaire ;
- des mots-clés reflétant les problématiques abordées ;
- une bio-bibliographie de l’auteur (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel il ou elle souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel et une affiliation institutionnelle).

Calendrier

21 mars 2021 : lancement de l’appel à communications
17 mai 2021 : date limite d’envoi des propositions à : MaisonsOMed@gmail.com
14 juin 2021 : réponse aux auteurs
1er octobre 2021 : envoi de la trame de la communication qui sera présentée au colloque
12-13 octobre 2021 : colloque à Paris, à la Galerie Colbert
(sauf si la situation sanitaire impose une tenue par visioconférence)

Conseil scientifique

Cécile Bargues (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurent Baridon (Université Lumière Lyon 2), Marc Bédarida (ENSA Paris-La Villette), Monique Eleb (ENSA Paris-Malaquais), Jean-Philippe Garric (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Eléonore Marantz (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sergio Pace (Politecnico di Torino), Antoine Picon (Harvard University), Antonio Pizza (Escola Tècnica Superior d’Arquitectura de Barcelona), Marco Mulazzani (Università degli studi di Ferrara), Federico Bucci (Politecnico di Milano), Ornella Selvafolta (Politecnico di Milano), Marida Talamona (Università Roma 3), Panayotis Tournikiotis (Université polytechnique d’Athènes)
 

bavr. 2021a
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30